Dernière étape à Singapour et départ pour la Thaïlande

Publié le par wiwisiku

5 juillet : départ de Bali

Et oui, les bonnes choses ont une fin, il faut déjà quitter cette chère Indonésie, que nous avons tant appréciée. Ce n’est qu’un au revoir, car je pense qu’on y retournera, toutefois, la perspective de retourner à Singapour ne nous enchante absolument pas : nous avons eu un tel climat de rêve ici, et puis on sait que pour le surf, va falloir attendre…
Nous arrivons vers 15h3O à Singapour, ou la moiteur nous accueille mais aussi la flotte, que nous avions perdue de vue depuis un mois. Familiarisés avec l’aéroport et ses démarches, nous arrivons rapidement dans notre auberge, après avoir été bien efficaces au guichet de British airways et cathay pacific. En un temps record nous avons procédé à un changement de dates pour rejoindre la Thaïlande au plus vite (demain) afin d’éviter de rester dix jours sur Singapour. Cool, tout s’est bien passé, et en plus on n’a pas payé de frais de changement (d’habitude on payait quarante euros par personne), que demande le peuple ?
Après une rapide installation dans notre chambre cellule de 5 m carrés avec deux lits superposés, on file dans un centre de shopping pour y faire quelques emplettes, prospecter aussi pour l’achat d’un APN pour mon gars Nico. Il est vrai que les tarifs sont très intéressants.

6 juillet

Réveil, taxi, aéroport, achat de l’APN pour Nico, mise à jour du blog, et enfin on prend l’avion pour notre dernière étape de ce petit tour du monde, la Thaïlande. Encore une fois nous allons être dépaysés, encore une fois nous volons vers de nouvelles aventures, avec toujours autant d’envie et d’excitation. Une seule petite inquiétude, la météo. Là-bas c’est la mousson, et nous ne savons pas trop à quoi nous attendre.
Vers 14h3O heure locale nous nous posons sur le sol Thaïlandais, où la moiteur et la pluie nous ont suivis… Bon pas de panique, de toute façon on n’y pleut (hihi) rien et puis aujourd’hui, pas grand chose à faire, juste trouver un logement. Formalités habituelles à l’aéroport, mises en garde contre la drogue (ici c’est la peine de mort, ça rigole pas), et puis bus en direction du centre de Bangkok. On s’arrête dans le quartier de Kao san road, et trouvons une guest-house pas chère et très correcte (New Joe guesthouse, dans une ruelle piétonne toute proche de kao san road, 35O bahts la double avec ventilo, soit environ 7 euros).

En attendant qu’une grosse averse prenne fin, nous goûtons nos premiers plats Thaï, et avec grand plaisir. La sauce curry coco de Débo est succulente, tout comme mon mélange de riz, fruits de mer agrémentés d’une sauce absolument délicieuse. Je crois qu’on va se faire plaisir aux papilles… Après cet encas, c’est armés de nos ponchos super sexys que nous nous lançons dans une petite marche digestive ponctuée de petites photos souvenirs aux abords des temples qui donnent à cette ville un certain charme. Les temples sont luxueux, chargés, bien kitchs, avec du verre, du marbre, des mosaïques, et bien sûr des statuettes et pans de murs entièrement dorés. Pour une religion qui prône le rejet des passions, le non attachement, je trouve que les demeures de Bouddha manquent de simplicité…
En comparaison avec la ville structurée, propre et riche de Singapour, Bangkok nous frappe par sa pollution. Le moindre petit tour en tuk-tuk suffit à laisser sur nos peaux (et nos poumons) une jolie couche de crasse… c’est bon les grandes villes…
Pour achever cette petite description de notre arrivée en Thaïlande, il ne faut pas oublier les Thaï, dont l’accent est vraiment différent du nôtre, ou même encore de celui des balinais. Si les écritures sont pour nous incompréhensibles, l’accent l’est tout autant, vraiment à couper au couteau, avec des intonations très différentes. En Thaïlandais, il faut savoir qu’un même mot peut avoir 5 significations différentes selon le ton avec lequel on le prononce. Nous on a un peu l’impression qu’ils miaulent en parlant, voilà un peu notre description, qui n’a rien de péjorative.
Sinon l’accueil est sympa, mais on a toujours droit, en tant que touristes, aux « taxis » intempestifs et aux tentatives d’arnaque
habituelles. Petite anecdote, on se baladant, un mec nous propose un truc, je comprends le mot ping-pong. Alors je commence à lui dire que je me taperais bien une petite partie, on commence à le suivre et il nous parle de ping-pong show…et là on saisit le truc : en fait il s’agit d’un show où des gonzesses expulsent des balles de  ping-pong avec leur vagin !!!
Bon je crois que pour la partie, va falloir attendre, quoique l’expérience aurait pu être assez enrichissante… Malgré 6 mois de voyage, il nous reste encore un brin de naïveté…

7 juillet

Une journée d’organisation, de gestion, de choix pour la suite du voyage. Nous avions prévu initialement de passer 2 semaines en Thaïlande mais, au fil de nos changements, nous resterons finalement 3 semaines ici. Par conséquent, au lieu d’aller directement vers les îles du sud, nous optons pour l’opposé, la découverte du nord du Pays, la Thaïlande profonde. On va dans une agence et réservons un trajet en bus de nuit pour filer au nord, à Chiang Mai, et de là nous partirons pour Paï, encore plus au nord, (seulement 4O km de la Birmanie) afin d’y faire un trek de 3 jours. Nous rentrerons ensuite sur Bangkok et filerons vers le sud. A cette période, le côté mer d’Andaman étant trop exposé à la mousson, nous irons alors côté est, dans le golfe de Thaïlande, sur l’île de Koh tao réputée pour ses belles plongées. Le planning est bouclé, on sait où on va. Maintenant, profitage !

8 juillet

Balade dans Bangkok, internet (pour le blog et Mayotte…), un peu de repérage pour le shopping, bref on recharge nos batteries avant de prendre le bus de nuit pour rejoindre le Nord...

Publié dans THAILANDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
En Malaisie, côté est, pas très loin de la frontière avec la Thaîlande, au sud de la ville de Kota Bahru, il y a les îles Perhentian. J'en ai toujours eu de super échos pour ce qui est de la plongée. Voilà, si ça peut vous intéresser...<br /> Pascal Benoist
Répondre