Koh Samui c'est pourri, puis retour Bangkok

Publié le par wiwisiku

22, 23 et 24 juillet : on amorce le retour, en passant par Koh Samui…

En ce matin du 22 juillet, c’est à nouveau avec la gorge serrée que nous nous apprêtons à quitter Koh Tao. Un sentiment que nous avons déjà ressenti en quittant les Galapagos, en avril, et plus récemment Bali. Mais cette fois-ci, ça sent vraiment la fin.
On amorce le retour vers Bangkok, en passant par l’île de Koh Samui sur laquelle se trouve l’aéroport. Fini les nuits dans le train ou le bus, on s’offre un retour tout confort, histoire de ne pas ruiner le repos de ces 8 derniers jours. Nous avions initialement évité l’île de Koh Samui, car trop touristique. On décide d’y rester tout de même deux jours, pour se faire une idée. Nous optons pour la crique « Chaeng mon beach » au nord est. 2O kilomètres environ pour y arriver, et 2O km de route bordée de bâtiments, de commerces, bref c’est bien pourri, impossible de voir la côte. C’est fou comme du fric et un permis de construire peuvent détruire un paysage en un temps record !
Je comprends de plus en plus (sans approuver certaines méthodes), les attitudes protectionnistes des Corses, qui préservent la beauté de leur île. Ici c’est l’inverse, Koh Samui ne nous plaît absolument pas, la vue, la côte, tout est pourri.
Nous trouvons toutefois une chambre sympa, vraiment au bord de l’eau, sur cette crique encore à peu près épargnée. Je dis bien à peu près car les jetskis et constructions hideuses ont commencé le carnage, sous l’œil inquiet et vengeur du gérant belge de notre hôtel. Son ultime souhait : racheter une partie de l’île pour tenter de la préserver des promoteurs peu scrupuleux aux aspirations immobilières inquiétantes. On l’encourage à conserver son petit coin de paradis…

Face à ce constat, pour nos deux derniers jours marins, nous opterons pour un peu de farniente et une balade en scoot, nous permettant d’atteindre une dernière cascade, réaliser quelques ploufs, et, pour clôturer le tout, un diner en amoureux à la bougie, sur la plage.

PS : 24 juillet : pensées pour ma soeurette, Zaza, qui fête ses 35 piges.

Publié dans THAILANDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article